Lexique du climat

Devenez incollable sur le jargon climatique

A

Accord de Paris

L’Accord de Paris a été adopté le 12 décembre 2015 à Paris lors de la 21ème session de la Conférence des Parties (COP) à la Convention. L’Accord, qui a été adopté par 196 Parties à la CCNUCC, est entré en vigueur le 4 novembre 2016. Parmi ses objectifs figure notamment celui de renforcer la riposte mondiale en « contenant l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et en poursuivant l’action menée pour limiter l’élévation de la température à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels, étant entendu que cela réduirait sensiblement les risques et les effets des changements climatiques ». L’Accord de Paris vise également à renforcer les capacités d’adaptation des États aux effets néfastes des changements climatiques. 

Source: GIEC

Acidification de l’océan

Baisse du pH de l’océan sur une longue période, des décennies ou plus, causée principalement par l’absorption du dioxyde de carbone venant de l’atmosphère, mais aussi par l’apport ou le retrait de substances chimiques venant de l’océan. L’acidification anthropique de l’océan désigne la part de la baisse du pH qui est imputable aux activités humaines.

Source: GIEC

Adaptation

Pour les systèmes humains, démarche d’ajustement au climat actuel ou attendu ainsi qu’à ses conséquences, de manière à en atténuer les effets préjudiciables et à en exploiter les effets bénéfiques. Pour les systèmes naturels, démarche d’ajustement au climat actuel ainsi qu’à ses conséquences; l’intervention humaine peut faciliter l’adaptation au climat attendu et à ses conséquences.

Source: GIEC

Aérosols

Les aérosols sont des particules solides ou liquides, de différente nature, ayant une taille comprise entre 0,1 et 10 mm, qui sont en suspension dans l’atmosphère terrestre. Ils peuvent être d’origine naturelle ou anthropique et influencent le climat, et ce de différentes façons : directement en diffusant ou en absorbant les radiations ou indirectement en modifiant les propriétés optiques des nuages. Plus précisément en modifiant le nombre, la taille ou le temps de résidence des gouttelettes d’eau et des cristaux de glace qui composent les nuages.

Globalement, les aérosols anthropiques atténuent de façon significative le réchauffement planétaire causé par les activités humaines.

Source: Planète Viable

Anthropocène

Période géologique qu’il est proposé de créer compte tenu des profonds changements que les activités humaines ont induits dans la structure et le fonctionnement du système Terre, incluant le climat. Cette notion a été adoptée par un éventail de disciplines et par le public pour désigner l’influence marquée de l’être humain sur l’état, la dynamique et l’avenir du système Terre.

Source: GIEC

Anthropique

Relatif à l’activité humaine. Qualifie tout élément provoqué directement ou indirectement par l’action de l’homme: érosion des sols, pollution par les pesticides des sols, relief des digues, etc.

Source: Actu-Environnement

Atmosphère

Enveloppe gazeuse de la Terre, divisée en cinq couches – la troposphère qui contient la moitié de l’atmosphère terrestre, la stratosphère, la mésosphère, la thermosphère et l’exosphère qui constitue la limite supérieure de l’atmosphère.

Source: GIEC

Atténuation (du changement climatique)

Intervention humaine visant à réduire les émissions.

Source: GIEC

B

Biocarburant

Carburant, généralement à l’état liquide, obtenu à partir de biomasse. Parmi les biocarburants actuels figurent le bioéthanol tiré de la canne à sucre ou de maïs, le biodiesel provenant du colza ou du soja et la liqueur noire issue de la fabrication du papier. 

Source: GIEC

Biochar

Matière stable, riche en carbone, obtenue en chauffant de la biomasse dans un environnement faible en oxygène. Le biochar peut être ajouté aux sols afin d’améliorer leur fonction, d’abaisser le volume de gaz à effet de serre émis par la biomasse et les sols et de contribuer au piégeage du carbone.

Source: GIEC

Biodiversité

Terme désignant la variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie ; cela comprend la diversité intraspécifique au sein des espèces et entre espèces ainsi que celle des écosystèmes.

Source: GIEC

Biomasse

La biomasse est l’ensemble de la matière organique d’origine végétale ou animale. Les principales formes de l’énergie de biomasse sont: les biocarburants pour le transport (produits essentiellement à partir de céréales, de sucre, d’oléagineux et d’huiles usagées) ; le chauffage domestique (alimenté au bois) ; et la combustion de bois et de déchets dans des centrales produisant de l’électricité, de la chaleur ou les deux.

Source: Actu-Environnement

C

Calotte glaciaire (ou inlandsis)

Masse de glace terrestre d’échelle continentale. Une calotte glaciaire se déplace à partir d’un haut plateau central qui présente une faible pente moyenne en surface. Ses bords sont habituellement abrupts et l’essentiel de la glace s’écoule par le biais de courants rapides ou de glaciers émissaires, parfois dans la mer ou dans des plates-formes de glace flottant sur la mer. Il n’existe à notre époque que deux inlandsis, celui du Groenland et celui de l’Antarctique. Leur nombre était plus élevé pendant les périodes glaciaires. 

Source: GIEC

Capacité d’adaptation

Faculté d’ajustement des systèmes, des institutions, des êtres humains et d’autres organismes leur permettant de se prémunir contre d’éventuels dommages, de tirer parti des possibilités ou de réagir aux conséquences.

Source: GIEC

Capacité de réagir

Capacité des personnes, institutions, organisations et systèmes à analyser, gérer et surmonter des conditions difficiles à court ou moyen terme, en met- tant à profit les compétences, valeurs, croyances, ressources et possibilités qui existent. 

Source: GIEC

Captage et stockage du dioxyde de carbone (CSC)

Processus consistant à extraire (piéger) un courant gazeux de dioxyde de carbone relativement pur des sources d’émission industrielles et énergétiques, à le conditionner, le comprimer et le transporter vers un site de stockage afin de l’isoler de l’atmosphère pendant une longue période. 

Source: GIEC

Captage et utilisation du dioxyde de carbone (CUC)

Processus consistant à capter le dioxyde de carbone et à l’utiliser dans la production d’un bien. Si le CO2 est stocké dans le nouveau produit pendant une période significative à l’échelle de temps du climat, on parle de captage, utilisation et stockage du dioxyde de carbone (CUSC). C’est seulement alors, et seulement en conjugaison avec l’absorption récente de CO2 atmosphérique, que le CUSC se traduit par une élimination du dioxyde de carbone. 

Source: GIEC

Carbone bleu

Carbone emmagasiné par les organismes vivants dans les écosystèmes marins et côtiers (mangroves, marais salants, herbiers) et stocké dans la biomasse et les sédiments.

Source: GIEC

Changement climatique

Variation de l’état du climat qu’on peut déceler (au moyen de tests statis- tiques, etc.) par des modifications de la moyenne et/ou de la variabilité de ses propriétés et qui persiste pendant une longue période, généralement pendant des décennies ou plus. Les changements climatiques peuvent être dus à des processus internes naturels ou à des forçages externes, notamment les modulations des cycles solaires, les éruptions volcaniques ou des changements anthropiques persistants dans la composition de l’atmosphère ou dans l’utilisation des terres. 

Source: GIEC

Changement du comportement humain

Transformation ou modification des actions humaines. La démarche peut être planifiée de manière à atténuer les changements climatiques et/ou à réduire les conséquences néfastes de ceux-ci.

Source: GIEC

Climat

Au sens étroit du terme, temps (météorologique) moyen ou, plus précisément, description statistique fondée sur les moyennes et la variabilité de grandeurs pertinentes sur des périodes allant de quelques mois à des milliers, voire des millions d’années (la période type définie par l’Organisation météorologique mondiale est de 30 ans). Ces grandeurs sont le plus souvent des variables de surface telles que la température, la hauteur de précipitation et le vent. Dans un sens plus large, le climat désigne l’état du système climatique, incluant sa description statistique.

Source: GIEC

Co-bénéfices 

Effets positifs qu’une politique ou une mesure visant un objectif donné pour- rait avoir sur d’autres objectifs, augmentant ainsi les avantages globaux pour la société ou l’environnement. Les co-bénéfices sont souvent incertains et dépendent, entre autres choses, des circonstances locales et des pratiques de mise en œuvre. Ils sont également désignés par l’expression avantages associés.

Source: GIEC

Combustibles fossiles 

Combustibles carbonés extraits des dépôts d’hydrocarbures fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel, etc.).

Source: GIEC

Comportement humain  

Manière dont une personne réagit à une situation ou à un stimulus. Les acti- vités humaines s’exercent à divers niveaux : acteurs internationaux, nationaux ou infranationaux, organisations non gouvernementales, acteurs dans les entreprises, collectivités, ménages, particuliers.

Comportement d’adaptation : Actions humaines qui influent directement ou indirectement sur les risques d’impacts du changement climatique.

Comportement d’atténuation : Actions humaines qui influent directement ou indirectement sur l’atténuation. 

Source: GIEC

Conditions propices

Contexte qui augmente la faisabilité des options d’adaptation et d’atténuation et accroît parfois le rythme et l’échelle auxquels surviennent des transitions systémiques de nature à limiter l’élévation de la température à 1,5 °C et à faciliter l’adaptation des systèmes et des sociétés aux changements climatiques résultants, tout en permettant un développement durable, éliminant la pauvreté et faisant reculer les inégalités. Parmi les conditions propices figurent le financement, l’innovation technologique, le renforcement des politiques publiques, la capacité institutionnelle, la gouvernance multi-niveaux et le changement des modes de vie et du comportement humain.  

Source: GIEC

Conférence des Parties (COP)

Organe suprême des conventions relevant des Nations Unies, dont la Conven- tion-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, réunissant les représentants des pays ayant droit de vote qui ont ratifié la convention ou y ont adhéré. 

Source: GIEC

Confiance

Robustesse d’un résultat, selon la nature, la quantité, la qualité et la concor- dance des éléments probants (compréhension mécaniste, théorie, données, modèles, jugements d’experts, etc.) et selon le degré de cohérence correspondant.

Source: GIEC

Contributions déterminées au niveau national

Certains pays précisent, dans leurs contributions, la manière dont ils comptent s’adapter aux impacts de l’évolution du climat et l’appui dont ils auront besoin d’autres pays, ou qu’ils procureront à d’autres pays, pour adopter des trajectoires à faible teneur en carbone et accroître la résilience face au climat.

Source: GIEC

D

Déboisement

Conversion d’une forêt en zone non forestière. 

Source: GIEC

Décarbonisation ou décarbonation

Démarche dans laquelle s’engagent les pays, les personnes et d’autres entités afin de mettre un terme à la consommation de carbone fossile. Il s’agit souvent d’abaisser les émissions de carbone liées à la production d’électricité, aux procédés industriels et aux transports.

Source: GIEC

Dépassement de température

Franchissement temporaire d’un niveau donné de réchauffement planétaire, par exemple 1,5 °C. Le pic est suivi par un déclin de la température mondiale grâce à l’élimination anthropique de CO2 qui excède les émissions résiduelles à l’échelle du globe. 

Source: GIEC

Déplacement de personnes (à l’intérieur de leur propre pays)

Mouvement forcé de personnes à l’intérieur de leur pays de résidence. Les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays sont des personnes ou des groupes de personnes qui ont été forcés ou contraints à fuir ou à quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituel, notamment en raison d’un conflit armé, de situations de violence généralisée, de violations des droits de l’homme ou de catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme.

Source: GIEC

Développement compatible avec les considérations

Forme de développement fondée sur des stratégies climatiques qui prennent en compte les objectifs de développement et sur des stratégies de développement qui intègrent la gestion des risques climatiques, l’adaptation et l’atténuation. 

Source: GIEC

Développement durable

Développement qui répond aux besoins de la génération actuelle sans compro- mettre la capacité des générations futures de satisfaire leurs propres besoins (CMED, 1987) et qui accorde un même poids aux préoccupations sociales, économiques et environnementales. 

Source: GIEC

Dioxyde de carbone (CO2)

Gaz d’origine naturelle ou résultant de la combustion de matières fossiles (pétrole, gaz, charbon, etc.) et de biomasse, du changement d’affectation des terres et de divers procédés industriels (production de ciment, par exemple). C’est le principal gaz à effet de serre anthropique qui influe sur le bilan radiatif de la Terre. 

Source: GIEC

Durabilité

Processus dynamique qui garantit la persistance des systèmes naturels et humains en toute équité.

Source: GIEC

E

Écosystème

Unité fonctionnelle constituée d’organismes vivants, de leur environnement non vivant et de l’ensemble de leurs interactions. Les composantes d’un éco- système donné et ses limites spatiales sont fonction de l’objet pour lequel l’écosystème est défini : dans certains cas, elles sont relativement précises et dans d’autres, relativement floues. Les limites d’un écosystème peuvent évoluer avec le temps. Des écosystèmes se nichent au sein d’autres écosystèmes ; ils peuvent être très petits ou représenter l’ensemble de la biosphère. Au cours de la période actuelle, la plupart des écosystèmes comprennent l’être humain en tant qu’organisme clé ou subissent l’influence des activités humaines dans leur milieu.

Source: GIEC

Émissions anthropiques

Rejet de gaz à effet de serre, de précurseurs de gaz à effet de serre et d’aérosols par les activités humaines. Au nombre de ces activités figurent la combustion de matières fossiles, le déboisement, l’utilisation des terres et le changement d’affectation des terres, l’élevage, la fertilisation, la gestion des déchets et les processus industriels.

Source: GIEC

Équité

Principe d’une répartition impartiale des efforts qui sert à analyser le degré d’égalité avec lequel les répercussions et les actions face au changement climatique, y compris les coûts et les avantages, sont réparties dans et par la société. Souvent apparenté à l’égalité, l’impartialité et la justice, le terme concerne la responsabilité et la répartition des impacts et des mesures visant le climat au sein de la société, entre les générations et selon le sexe, ainsi que l’intervention dans le processus décisionnel et le pouvoir exercé dans ce cadre.

Source: GIEC

Extrême climatique (phénomène météorologique ou climatique extrême)

Occurrence d’une valeur prise par une variable météorologique ou climatique située au-dessus (ou au-dessous) d’un seuil proche de la limite supérieure (ou inférieure) de la plage des valeurs observées pour cette variable. Par souci de simplicité, l’expression regroupe les phénomènes météorologiques extrêmes et les phénomènes climatiques extrêmes. 

Source: GIEC

F

Faisabilité

Mesure dans laquelle les objectifs climatiques et les options d’intervention sont jugés possibles et/ou souhaitables. La faisabilité dépend de conditions géophysiques, écologiques, technologiques, économiques, sociales et institutionnelles propices au changement. Ces conditions sont dynamiques, variables dans l’es- pace et, parfois, différentes d’un groupe à l’autre. 

Source: GIEC

G

Gaz à effet de serre (GES)

Les Gaz à Effet de Serre (GES) sont des gaz naturels présents dans l’atmosphère terrestre et qui emprisonnent les rayons du soleil, stabilisant la température à la surface de la planète à un niveau raisonnable.

Source: Novethic

Gestion des risques

Plans, mesures, stratégies ou politiques qui sont mis en place pour réduire la probabilité d’occurrence d’un risque, pour en limiter les conséquences ou pour faire face à celles-ci. 

Source: GIEC

Gestion des risques de catastrophe

Action d’élaborer, de mettre en œuvre et d’évaluer des stratégies, politiques et mesures destinées à mieux comprendre les risques de catastrophes, à favoriser la réduction et le transfert de ces risques et à promouvoir l’amélioration constante de la préparation à une catastrophe, des réponses à y apporter et des pratiques de récupération, dans le but explicite de renforcer la protection des personnes, leur bien-être, leur qualité de vie et le développement durable.

Source: GIEC

GIEC

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été créé en 1988 en vue de fournir des évaluations détaillées de l’état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade.

Source: GIEC

H

Holocène

Nom de l’ère géologique qui représente les 11 000 dernières années. Correspond à la dernière partie de l’ère quaternaire période la plus récente dans l’échelle des temps géologiques.

Source: Actu-Environnement

I

Inertie du changement climatique

Évolution du climat qui s’avère inévitable du fait de l’inertie propre aux systèmes géophysiques et socio-économiques. On en distingue différentes formes. L’inertie du changement climatique est généralement exprimée en termes de variation future de la température, même si d’autres changements seront inévitables, notamment dans le cycle hydrologique, les phénomènes météorologiques extrêmes, les phénomènes climatiques extrêmes et le niveau de la mer.

Source: GIEC

Irréversibilité

Terme qualifiant l’état perturbé d’un système dynamique à une échelle tempo- relle donnée, quand le temps nécessaire à la restauration du système par les processus naturels est nettement plus long que le temps nécessaire à l’atteinte de cet état perturbé. 

Source: GIEC

J

Justice climatique

Justice reliant le développement et les droits de l’homme de sorte que le changement climatique soit abordé dans une optique humaine qui préserve les droits des plus vulnérables et répartisse avec équité et impartialité les efforts et les avantages, ainsi que les impacts de l’évolution du climat. 

Source: GIEC

Justice inter-générationnelle

Justice dans la répartition des coûts et des avantages économiques et autres entre les générations.

Source: GIEC

Justice sociale

Relations basées sur les principes de justice et d’impartialité dans la répar- tition des richesses, l’accès aux ressources, les chances offertes et le soutien reçu dans une société.

Source: GIEC

M

Maladaptation

Mesures susceptibles d’aggraver le risque de conséquences néfastes associées au climat (y compris par une hausse des émissions de gaz à effet de serre), d’accentuer la vulnérabilité face aux changements climatiques ou de dégrader les conditions de vie actuelles ou futures. Ce résultat est rarement intentionnel.

Source: GIEC

Mesures d’atténuation

En matière de politique climatique, techniques, procédés ou pratiques qui contribuent à l’atténuation, par exemple le recours aux énergies renouvelables, la réduction des déchets ou l’utilisation du transport en commun. 

Source: GIEC

Méthane (CH4)

Un des six gaz à effet de serre dont les émissions doivent être réduites au titre du Protocole de Kyoto. Constituant principal du gaz naturel, le méthane est présent dans tous les combustibles hydrocarbonés. L’élevage et l’agriculture rejetant de grandes quantités de méthane, la gestion de ces émissions représente une solution d’atténuation de premier plan.

Source: GIEC

Modèle climatique

Représentation numérique du système climatique qui repose sur les propriétés physiques, chimiques et biologiques de ses composantes et leurs processus d’interaction.

Source: GIEC

N

Neutralité carbone

La neutralité carbone implique un équilibre entre les émissions de carbone et l’absorption du carbone de l’atmosphère par les puits de carbone. Pour atteindre des émissions nettes nulles, toutes les émissions de gaz à effet de serre dans le monde devront être compensées par la séquestration du carbone. Un puits de carbone est tout système qui absorbe plus de carbone qu’il n’en émet. Les principaux puits de carbone naturels sont le sol, les forêts et les océans.

Source: EU

Neutralité climatique

Situation dans laquelle les activités humaines n’ont pas d’incidence nette sur le système climatique. Il faut, pour cela, compenser les émissions résiduelles par l’élimination d’émissions (de dioxyde de carbone).

Source: GIEC

O

Objectif climatique

Cible fixée en matière de température, de concentration ou de réduction des émissions en vue d’empêcher toute perturbation dangereuse du système climatique. Les objectifs nationaux peuvent viser, par exemple, à abaisser d’un certain volume les émissions de gaz à effet de serre à un horizon temporel donné.

Source: GIEC

Objectifs de développement durable

Dix-sept objectifs généraux de développement établis, à l’intention tous les pays, par les Nations Unies à l’issue d’un processus participatif et définis dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Ces objectifs visent notamment à éliminer la pauvreté et la faim, à permettre à tous de vivre en bonne santé, à promouvoir le bien-être de tous, l’accès à l’éducation, l’égalité des sexes, l’accès à une eau propre, à l’énergie et à un travail décent, à développer et à promouvoir une infrastructure, des villes et une consommation résilientes et durables, à réduire les inégalités, à protéger les écosystèmes terrestres et aquatiques, à promouvoir la paix, la justice et les partenariats et à prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques.

Source: GIEC

P

Pertes et préjudices

Ces deux termes renvoient aux dommages liés aux impacts (observés) et aux risques (projetés). Il s’agit de remédier aux pertes et aux préjudices liés aux impacts des changements climatiques, notamment aux phénomènes météorologiques extrêmes et aux phénomènes qui se manifestent lentement, dans les pays en développement particulière- ment exposés aux effets néfastes de ces changements. 

Source: GIEC

Phénomène météorologique extrême

Phénomène rare en un endroit et à un moment de l’année particuliers. Lorsque des conditions météorologiques extrêmes se prolongent pendant un certain temps, l’espace d’une saison par exemple, elles peuvent être considérées comme un phénomène climatique extrême, en particulier si elles correspondent à une moyenne ou à un total en lui-même extrême (une sécheresse ou de fortes pluies pendant toute une saison, par exemple). 

Source: GIEC

Point de bascule

Degré de changement des propriétés d’un système au-delà duquel le système en question se réorganise, souvent de façon abrupte, et ne retrouve pas son état initial même si les facteurs du changement sont éliminés. En ce qui concerne le système climatique, le point de bascule fait référence à un seuil critique au-delà duquel le climat mondial ou un climat régional passe d’un état stable à un autre état stable. 

Source: GIEC

PPM

L’acronyme « ppm » signifie « partie par million ». Il s’agit d’une unité de mesure communément utilisée par les scientifiques, notamment pour calculer le taux de pollution dans l’air et plus globalement dans l’environnement. Comme son nom l’indique, le ppm permet de savoir combien de molécules de polluant on trouve sur un million de molécules d’air. Il permet donc de rendre compte de manière assez simple de la quantité de pollution dans une masse d’air donnée et de l’impact nocif de ces polluants sur l’atmosphère.

Source: Geo.fr

Projection climatique

Simulation de la réponse du système climatique à un scénario futur d’émissions ou de concentration de gaz à effet de serre et d’aérosols, obtenue généralement à l’aide de modèles.

Source: GIEC

Protocole de Kyoto

Instrument international adopté en décembre 1997 à Kyoto, Japon, lors de la troisième session de la Conférence des Parties (COP3) sur les changements climatiques. Il comporte des engagements contraignants pour les pays afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, oxyde nitreux, hydrofluorocarbones, hydrocarbures perfluorés et hexafluorure de soufre) d’au moins 5 % par rapport aux niveaux de 1990 pendant la première période d’engagement (2008 – 2012). Entré en vigueur le 16 février 2005, le Protocole comptait 192 Parties (191 États plus l’Union européenne) en mai 2018. Une deuxième période d’engagement a été décidée en décembre 2012 à la COP18 ; de nouvelles Parties se sont engagées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 18 % par rapport aux niveaux de 1990 pendant la période allant de 2013 à 2020. 

Source: GIEC

Puits

Réservoir (naturel ou artificiel, qu’il s’agisse du sol, de l’océan ou des plantes) dans lequel est stocké un gaz à effet de serre, un aérosol ou un précurseur de ces composés. Un puits désigne « tout processus, toute activité ou tout mécanisme […] qui élimine de l’atmosphère un gaz à effet de serre, un aérosol ou un précurseur de gaz à effet de serre ». 

Source: GIEC

R

Reboisement

Plantation de forêts sur des terres anciennement forestières, mais converties à d’autres usages. 

Source: GIEC

Réchauffement planétaire

Estimation de la hausse de la température moyenne à la surface du globe au cours d’une période de 30 ans ou de la période de 30 ans centrée sur une année ou une décennie donnée, exprimée par rapport aux niveaux préindus- triels, sauf indication contraire. 

Source: GIEC

Rendement énergétique

Calcul du rendement énergétique d’un processus ou d’un appareil par rapport à son apport en énergie.

Source: Actu-Environnement

Résilience

Capacité des systèmes sociaux, économiques et environnementaux à faire face à une évolution, à une perturbation ou à un évènement dangereux, permettant à ceux-ci d’y répondre ou de se réorganiser de façon à conserver leur fonction, leur identité et leur structure fondamentales.

Source: GIEC

Risques

Dans le contexte de l’évaluation des effets des changements climatiques, le terme risque fait souvent référence aux conséquences néfastes éventuelles d’aléas d’origine climatique ou des interventions d’adaptation ou d’atténuation mises en œuvre pour faire face à de tels aléas sur la vie, la santé et le bien-être des personnes, les moyens de subsistance, les écosystèmes et les espèces, les biens économiques, sociaux et culturels, les services (y compris les services écosystémiques) et les éléments d’infrastructure. 

Source: GIEC

S

Savoir autochtone

Connaissances, techniques et philosophies développées par les sociétés ayant une longue histoire d’interaction avec leur environnement naturel. Dans nombre de peuples autochtones, le savoir ancestral oriente des décisions fondamentales touchant les activités quotidiennes comme les actions à long terme. Il fait partie intégrante d’un ensemble culturel qui prend également appui sur la langue, les systèmes de classification, les méthodes d’exploitation des ressources, les interactions sociales, les valeurs, les rites et la spiritualité. Ces modes de connaissance uniques sont des éléments importants de la diver- sité culturelle mondiale. 

Source: GIEC

Scénarios climatiques

Les scénarios de changement climatique – ou projections climatiques – explorent les possibles conséquences des activités humaines sur le système climatique selon différentes évolutions des systèmes socio-économiques. En effet, l’évolution du climat sur le long terme est conditionnée par les émissions de GES actuelles et futures, et donc par l’évolution incertaine des systèmes socio-économiques.

Source: I4CE.org

Sécurité alimentaire

Situation caractérisée par le fait que toute la population a en tout temps un accès matériel et socio-économique garanti à des aliments sans danger et nutritifs en quantité suffisante pour couvrir ses besoins physiologiques, répondant à ses préférences alimentaires, et lui permettant de mener une vie active et d’être en bonne santé.

Source: FAO

Sécurité énergétique

Objectif que se fixe un pays, ou la communauté internationale dans son ensemble, pour s’assurer un approvisionnement adéquat, stable et prévisible en énergie. Les mesures en la matière consistent à garantir que les ressources énergétiques demeurent suffisantes pour répondre à la demande nationale à des prix compétitifs et stables, préserver la résilience de l’approvisionnement en énergie, favoriser l’élaboration et l’utilisation de technologies appropriées, mettre en place l’infrastructure voulue pour produire, stocker et acheminer l’énergie et veiller à l’exécution des contrats de distribution.

Source: GIEC

T

Température moyenne à la surface du globe

Estimation de la moyenne mondiale de la température de l’air près de la surface des terres émergées et des glaces de mer, et de la température de surface de la mer dans les régions où l’océan est libre de glaces, les variations étant généralement exprimées en tant qu’écarts par rapport à une valeur pour une période de référence donnée. 

Source: GIEC

Température moyenne de l’air à la surface du globe

Moyenne mondiale de la température de l’air près de la surface des terres émergées et des océans. 

Source: GIEC

Trajectoires

Évolution temporelle future des systèmes naturels ou humains. Ces trajectoires peuvent consister en un ensemble de scénarios relatifs à des évolutions futures possibles, ou en des processus de prise de décision axés sur la recherche de solutions visant à atteindre des objectifs souhaitables pour la société.

Source: GIEC

V

Vague de chaleur

Période de conditions atmosphériques anormalement chaudes. Les définitions données aux vagues de chaleur et aux épisodes de chaleur varient et se chevauchent parfois. 

Source: GIEC

Variation du niveau de la mer

Désigne des variations du niveau océanique global dues à des changements de volume des bassins ou de l’eau des océans.

Source: Encyclopedie.fr

Vulnérabilité

Propension ou prédisposition à subir des dommages. La notion de vulnérabilité englobe divers concepts et éléments, tels que la sensibilité ou la fragilité et l’incapacité de faire face et de s’adapter.

Source: GIEC